29 avril 2007

WE VTT à Barbières

Et descente dans les prés

Cette photo me fait bien rire !
Pour un échantillon des photos du week-end, aller (Comme ce n'est pas très clair paraît-il, l'adresse est paulantoine.info). On fera un DVD pour ceux qui le souhaitent. N'hésitez pas à mettre des commentaires sur ce post, si vous souhaitez que je rajoute quelques messages sous les photos... Et si on faisait un wiki pour le compte-rendu du week-end ?
Merci à tous les participants !
Il est temps de préparer le week-end ski, non ?

Et en avant-première du clip du week-end :

video

24 avril 2007

Omniprésence

Du kapla

23 avril 2007

Les couleurs préférées

Marin
Jaune, noir et rouge
Timothée
Noir et rose
Pour Timothée, je l'ai appris il y a un mois. J'ai compris pourquoi j'avais commis un impair chez Pomme d'Api, il avait repéré des belles baskets montantes noir et rose avec des fleurs métallisées. J'ai pris la version kaki avec une tête de mort, sur le coup cela lui plaisait mais en fait il a été très déçu.

22 avril 2007

Pré-anniversaire

Et un cadeau surprise en sus du retour des enfants


Qui a beaucoup plu.
Et beaucoup servi.
A Paul-Antoine et aux enfants.
Vous verrez cela bientôt !
Merci Edith et Bernard

Nous avons refait le millefeuille coco-fraises de Michel Bras. Toujours aussi délectable.

21 avril 2007

Graines de champion

Timothée descend une piste rouge


Une rouge gentille mais verglacée. Timothée était très impatient d'aller au ski, et visiblement l'expérience ne l'a pas déçu. Il a descendu "double m" avec Edith et Bernard.

Marin a eu sa 2ème étoile et Timothée son flocon.

Marin :
"tu sais Gaëlle, demain avec Roland, je vais faire des pistes rouge et des pistes noires"
Timothée
"je skie très bien. Je suis monté presque en haut du téléski, j'ai pris le télésiège et j'ai fait des pistes vertes et des pistes bleues. Je sais faire du chasse-neige, il faut garder les pieds bien écartés, comme ça".

Le lendemain, Marin
"tu sais Gaëlle, avec Roland j'ai failli faire une piste noire".

Il en a fait une finalement de piste noire. Et le samedi (puis 3 ou 4 fois le dimanche...)
"on a failli faire la face, la piste noire, la piste olympique, la plus difficile"

Ils ont eu un temps magnifique et sont tous bronzés (quelque part entre le casque, les lunettes et le menton).

Merci !

15 avril 2007

GR10 - de Bidarray à Saint-Etienne-de-Baïgorry

Départ dans la brume




Eclaircie à l'approche des crêtes...


... pas pour longtemps, mais nous rencontrons à nouveau un troupeau de chevaux.




Dans le brouillard, on peut aussi admirer la flore



Belle vue quand les nuages se déchirent

Redescente...
... de la montagne vers la campagne et les moutons

Pause dans un café, arrivée à Saint-Etienne-de-Baïgorry.

Nous avions réservé à l'hôtel Jantorena mais il n'y a personne. Nous appelons le numéro indiqué sur la porte mais il faudra attendre un bon moment avant que quelqu'un arrive pour nous ouvrir (nous sommes les seuls clients).

14 avril 2007

GR10 - de la Ferme Esteben à Bidarray



Malgré le froid la nuit a été bonne et ce n'est que vers 8h15 que nous prenons le petit-déjeuner (pain de supermarché grillé et confiture de fraises). Je règle la note (50 + 24) et nous partons vers 9h45 pourchassés par un chien qui nous aboie furieusement dessus. Heureusement quand on marche avec des batons on est moins intimidé.



Du col de Veaux, le chemin suit la montagne à flanc en s'élevant doucement. Il nous faut être très attentifs pour ne pas nous tremper les pieds dans les flaques et la boue. Les batons sont une aide précieuse pour nous équilibrer ou pour sonder le sol.





Le GR emprunte ensuite une petite route en mauvais etat où nous ne croisons personne. Il oblique dans les alpages. Heureusement que les balises sont nombreuses car avec ce brouillard on n'y voit goutte. On longe la frontiere, et normalement, on devrait voir la France d'un côté et l' Espagne de l'autre. Nous croisons nos premiers randonneurs depuis deux jours, deux silhouettes dans le brouillard, des sportifs qui courrent quasiment.



La redescente vers Bidarray est très raide.



















Nous y arrivons vers 13h30. Chance, l'auberge Iparla est encore ouverte. Nous y faisons un excellent repas d'inspiration basque.









Le boudin grillé (sur la photo) était délicieux.










Comme la météo prévoit encore une nuit humide, après quelques hésitations, nous abandonnons notre plan initial (bivouac dans la montagne) et nous réfugions à l'hôtel Barberaenea (très bien).

13 avril 2007

GR10 - de Cambo-les-Bains à la ferme Esteben

Poursuite de la traversée des Pyrénées
(par toutes toutes petites bribes)

Nous avons refusé les chaleurs parisiennes estivales pour affronter les brumes du pays basque !
Bayonne.
A la descente du train de nuit nous prenons le petit-déjeuner chez Quai no 1 (nous aurions mieux fait de nous ravitailler à la boulangerie d'en face) en attendant le petit train qui nous mènera jusqu'à Cambo-les-Bains. A la descente du train il fait beaucoup moins doux qu'à Bayonne car l'air est saturé d'humidité. Nous nous ravitaillons au marché de Cambo : pain d'épices, gâteau et fromage basques, pain, jambon et gariguettes. Les commerçants sont accueillants et nous font goûter leurs produits. Le marchand de fruits nous offres des petits sablés. Nouvel arrêt chez l'opticien. Sa boutique est très agréable, avec un coin aménagé pour les enfants et des toilettes. L'opticien donne une lentille a Gaelle (qui avait emporté deux lentilles gauches...) et nous prend à témoin : "les basques sont sympas". Il évoque ses "150 compatriotes en prison". "Le Pays Basque est en guerre contre l'administration francaise" qui a installé le chef lieu du département en Bearn alors que "l'activité est au Pays Basque" ! Gaëlle ne dira pas où elle travaille...

Départ effectif vers 10h sous un petit crachin. Pour éviter de faire à l'envers le chemin de l'année dernière, nous empruntons le GR8 qui fait un détour par une crête (mont Urzumu) au nord d'Itxassou. Les cerisiers sont en fleurs, l'herbe bien verte, et le chemin tout gadouilleux.

Nous faisons de temps en temps une petite halte pour admirer les moutons au superbe lainage.

Nous quittons le GR8 et plongeons sur Haranéa par un chemin raide. En remontant sur l'autre versant, nous rejoignons rapidement le chemin de l'an dernier. Souvenirs...

Au moment de quitter la route, vers 12h30, nous préparons nos sandwiches que nous mangerons en marchant tellement le temps nous incite peu à nous arrêter.

Le brouillard tombe et rend l'orientation délicate.

Nous contournons par l'ouest la montagne x et la montagne y. Le vent se lève, il commence à faire froid. Nous nous croyons plus loin que nous sommes. Avons-nous raté le croisement avec le GR dans le brouillard ? Retour en arrière. Ca ne colle pas. PA grelotte. Les idées s'embrouillent. Moment de panique. Il est temps d'enfiler la petite doudoune en duvet. Le ventre au chaud tout redevient clair et nous repartons en direction du col de Zuharreteaco.
Nous retrouvons le GR que nous suivons jusqu'à la ferme Esteben que nous atteignons à 16h30.
La chambre a été faite récemment... Et il n'y a pas encore le chauffage. Glaglaa, ça caille !! Nous nous réfugions sous les couvertures en attendant l'heure du dîner.19h30. Le feu qui brûle dans la salle à manger suffit à peine à nous réchauffer. Heureusement, une soupe épaisse vient nous réconforter. Omelette, saucisses confites, fromage et confiture de cerises, fruits. Nous passons quelques minutes a admirer des canetons installés dans une boîte en carton près du feu avant de regagner notre chambre glaciale.

05 avril 2007

Fête du printemps

Et un chevalier

Je suis venue le voir comme les parents étaient conviés. Mais il ne m'a guère prêté attention, trop occupé à lancer et ramasser des confettis. Il avait choisi et fabriqué son déguisement de chevalier. Le temps était bien digne d'une fête du printemps.
Délicat ensuite de retourner en réunion juridique avec quelques confettis coincés dans la boutonnière...

02 avril 2007

Une médication pour les enfants...

... mâcher du chewing gum

Marin peut remercier notre docteur : pour combattre son infection des trompes d'Eustache, il nous a préconisé l'achat d'un paquet de chewing gum. Le deuxième recours sera la cortisone. Cette infection lui faisait se décrocher la machoire toutes les deux minutes, ce que nous combattions ardemment en lui affirmant que c'était inutile. Erreur parentale !
Cette petite visite chez le médecin m'aura offert l'occasion de déjeuner au soleil avec Marin et d'apprendre ainsi qu'il avait visité le musée Carnavalet avec le centre de loisirs la semaine dernière. On les aurait forcé à y aller, mais finalement il a apprécié la visite. Il semble qu'il y ait eu une guide du musée qui leur a conté des histoires de chevalier. Je n'ai pas retrouvé trace de cette animation sur le site du musée.

01 avril 2007

Le printemps !

Sur la coulée verte

Après deux heures de préparatifs (sortir les vélos, démonter les roues, regonfler, regraisser, préparer le pique-nique), nous sommes enfin sur la piste cyclable vers 12h30. Premier test pour Marin sur son vélo tout seul puisque nous emmenons une petite amie d'école, Rose, en trets. Temps splendide. Nous maudissons encore une fois les chicanes au niveau de Chatillon, ils n'ont donc jamais pensé aux vélos couchés et aux carioles !
Nous pique-niquons (les premières fraises de la saison !) puis prolongeons notre route jusqu'aux confins de Fontenay aux Roses. Nous croisons de nombreux rollers et vélos sur le chemin du retour, l'heure du déjeuner dominical est passée. Petite halte par la boulangerie algérienne, puis fin d'après-midi en rangement / jeux de société / plantations.